fbpx
search

Partager sa passion

2 octobre 2019

Entre l’art et la pêche

Je m’appelle Alexandre L’Heureux. Je suis né à Repentigny, au Québec, et, plus jeune, j’ai passé quatre ans à vivre avec ma famille sur un voilier dans les Caraïbes. La plupart de notre temps était consacré à pêcher, sur ou sous l’eau. Lorsque ce n’était pas possible, je me mettais à dessiner sur des feuilles de papier blanches avec toutes sortes de médiums différents.

Partager sa passion

En vivant au-dessus de ces eaux cristallines, tout était différent : le mouvement, les couleurs, la lumière… C’était une expérience absolument grandiose. Pendant cette période de ma vie, je ne manquais jamais d’inspiration et j’entretenais une solide relation avec la nature.

Grandir aux États-Unis s’est révélé éprouvant et je souhaitais revenir au pays après avoir échoué les sélections pour l’équipe olympique en tant que coureur de fond. J’ai rejoint la GRC en 2009 en ayant à l’esprit que ce serait mon billet de retour au Canada. En effet, j’ai appris à chasser, à piéger et à pêcher dans ce pays. C’était une décision facile de m’y établir.

La pêche à la mouche était complètement nouvelle pour moi, ayant passé la plupart de mes années de pêche avec une lance à la main. Lorsque j’ai attrapé mon premier saumon atlantique, je suis tombé en amour comme tellement d’autres avant moi. Ayant passé mon enfance à dessiner et à peindre des poissons tropicaux, les régions sauvages du Canada m’ont inspiré tout autant.

Partager sa passion

Tout a commencé lorsqu’un ami m’a demandé de dessiner une mouche de type Undertaker pour qu’il puisse en vendre des copies à un événement de pêche. À la fin de l’événement, il m’a approché avec une enveloppe remplie d’argent. Je ne pouvais pas croire qu’il avait tout vendu. L’année suivante, j’ai décidé de prendre ma propre table lors de cet événement. Derek Martin, qui travaillait sur une nouvelle saison avec l’équipe de Hooké, était l’un des derniers à acheter l’une de mes œuvres…

La communauté de pêche est petite et je me suis fait plusieurs nouveaux amis qui m’ont non seulement aidé avec mes techniques de pêche, mais m’ont aussi conduit à renouveler ma passion pour l’art. David Bishop et Rob Dorcas m’ont soutenu de diverses manières, tant au niveau de l’art que de la pêche. Je leur dois beaucoup pour la manière dont ils m’ont traité à une époque où je ne savais pas du tout ce que j’étais en train de faire. Le fait de vivre de mon art n’a jamais été dans mes plans, mais j’ai réalisé qu’il s’agissait d’une porte d’entrée vers des opportunités de pêche extraordinaires que je n’aurais jamais pu connaître autrement.

Hooké a contribué à développer ma passion pour ce que je fais aujourd’hui. En effet, la qualité du contenu visuel, mais aussi la musique et les individus impliqués, m’ont permis d’apprécier la pêche à un tout autre niveau.

Les pêcheurs à la mouche semblent s’attirer les uns et les autres sans même s’en rendre compte. La plupart du temps, on se retrouve dans des situations qui n’ont aucun rapport avec la pêche, mais à partir du moment où les mots « cannes à mouche » et « rivières » entrent dans la conversation, on se rend compte qu’on est liés par ce réseau d’individus qui partagent tous la même passion que nous pour la pêche.

« À mon avis, la qualité d’une peinture tient aux sentiments qu’elle te permet d’éprouver lorsque tu la regardes sur un mûr et la manière dont tu peux lier ces sentiments à des expériences de ta vie ».

Lorsque Hooké m’a approché pour s’enquérir de mon intérêt à travailler avec eux pour la réalisation de quelques croquis pour leur collection, je n’ai pas hésité une seule seconde! Je peins habituellement d’une manière réaliste, mais je voulais faire quelque chose d’un peu différent. J’ai parfois l’impression que tout a déjà été fait, alors réaliser une œuvre qui sort du lot n’est pas chose facile. Ce qui importe le plus à propos de l’art, c’est qu’il puisse rejoindre les gens.

Je peins pour pêcher et non l’inverse. La pêche, pour moi, n’a rien à voir avec le simple fait d’attraper un poisson, mais bien avec les liens qu’on peut tisser en cours de route. La pêche peut être plaisante, mais la pêche en bonne compagnie est absolument magique.

Trouvez nos produits réalisés en collaboration avec Alex sur notre boutique en ligne.

Posts récents

Inscrivez-vous à notre infolettre

Close video panel