fbpx
search

Le secteur du Lac Brûlé

13 juin 2019

Au fil des ans, la légende des truites immenses du secteur Lac-Brûlé a peu à peu sombré dans l’oubli alors que la clientèle se tournait vers des destinations plus accessibles.

Le secteur du Lac Brûlé

Le secteur du Lac-Brûlé dans la réserve faunique des Laurentides a toujours eu un statut particulier dans l’esprit des utilisateurs et des gestionnaires de la réserve. Accessible uniquement par hydravion dans ses premières années d’exploitation, le territoire est demeuré le domaine de jeu des aventuriers prêts à parcourir les 2 heures nécessaires pour arriver au bout de la 168.

Au fil des ans, la légende des truites immenses du secteur Lac-Brûlé a peu à peu sombré dans l’oubli alors que la clientèle se tournait vers des destinations plus accessibles. Pour les gens qui travaillent sur le terrain cependant, les étoiles n’ont jamais cessé de briller sur le lac-Brulé.

En 2016, la Sépaq entreprend un projet de revitalisation du territoire par une approche ambitieuse : concerter l’industrie du plein air et la rassembler autour d’un projet rendant l’aventure accessible tout en préservant respectant la nature sauvage et intouchée du secteur, une zone protégée de biodiversité.

Instinctivement, Hooké a été la première compagnie approchée pour développer ce projet.

Le secteur du Lac Brûlé

« La mission des réserves faunique, c’est de mettre en valeur les territoires du Québec et de favoriser l’accès à la ressource faunique […] Quand ces territoires-là ont été rendus disponibles à la suite de l’opération déclubage dans les années 80, nos grands-parents sont partis à la découverte, les canots sur la tête, les packs sacs dans le dos, c’est devenu leur terrain de jeu. C’est cet esprit-là qu’on a voulu ramener au secteur Brûlé. Laurentides c’est immense, il y a des lacs et des rivières qui n’ont pas vu de pêcheurs depuis des années. Avec Hooké, on retrouvait cette approche-là, c’était des partenaires naturels pour rentrer avec nous sur le terrain et voir ce qui pourrait être fait pour donner envie au public de mettre les pieds ici et de repartir à la découverte du territoire. » – Mathieu Therrien

S’est greffé à l’aventure abitibi&co qui a fourni les canots et freighter permettant d’accéder aux lacs et aux fosses reculés du secteur. La Sépaq a mis en place des sites de shore lunch, en plus de créer un réseau de sentiers de portages et 4 nouveaux hébergements calqués sur le principe des tentes prospecteurs.

 

Tiré du Magazine Hooké no. 1, écrit par Émile David

Apprenez-en plus sur Paul Cinq-Mars et les vieux chums, qui connaissent bien le secteur.

Posts récents

Inscrivez-vous à notre infolettre

Close video panel